Logotipo HC Fertility
Abrir menú Cerrar menú
Ilustración HC Fertility

Prendre un rendez-vous

Botón Newsletter

Souscrire a notre newsletter


    J'ai plus de 18 ans et j'ai lu et accepté la Politique de Confidentialité. *

    Barre de séparation

    L’âge moyen des femmes à la naissance de leur premier enfant se situe aujourd’hui autour de 32 ans, mais beaucoup d’entre elles retardent encore plus ce moment. La médecine nous permet de faire face à notre horloge biologique, mais quelles sont les conséquences? Est-ce plus difficile d’avoir des enfants aujourd’hui qu’avant?

    Selon les données de l’Enquête sur la fécondité, la famille et les valeurs, publiée par le Centre de Recherches Sociologiques (Centro de InvestigacionesSociológicas (CIS)), six femmes espagnoles sur dix pensent que le fait d’avoir un enfant est un obstacle à leur développement professionnel et, par conséquent, elles décident d’avoir leur première grossesse après l’âge de 35 ans. Mais pendant qu’elles y réfléchissent, l’horloge biologique ne pardonne pas et la vie continue: la diminution du nombre d’ovules s’accélère après l’âge de 35 ans et la fécondité diminue jusqu’à 30%; a partir de l’âge de 40 ans, ce pourcentage s’élève à plus de 63%. Ainsi, les femmes qui retardent beaucoup leur maternité courent le risque de ne pas tomber enceintes quand elles le désirent.

    Grâce a la contraception les femmes ont franchi un grand pas, car elle leur a permis de ne pas tomber enceinte quand elles ne le souhaitaient pas. Néanmoins, elle a entrainé chez elles une fausse idée  que c’est possible d’avoir un enfant quand elles le souhaitent.

    D’un point de vue biologique, les meilleures années pour la procréation coïncident avec celles que nous consacrons de plus en plus a notre développement professionnel ou à notre jouissance personnelle. C’est un choix qui peut avoir des conséquences. Personne ne sait avec certitude comment la fertilité peut-elle décliner. Certes, elle décline ; mais les facteurs qui influencent peuvent être divers: âge, problèmes de santé, caractéristiques personnelles, fréquence des relations sexuelles, etc.

     

    Évaluez les risques.

    Bien que les médicaments puissent aider à préserver la fertilité grâce à la vitrification des ovules, les conséquences de la maternité tardive pour la mère et le futur bébé sont toute une autre histoire à laquelle on ne pense pas toujours. Ainsi, les femmes qui décident de retarder l’âge de la première grossesse peuvent être confrontées à:

    • Plus de risque de fausse couche au cours du premier trimestre. Selon différentes études, à partir de 38 ans, le risque s’élève à 40%, contre 20% observé chez les jeunes femmes.

     

    • Risque majeur de souffrir le diabète gestationnel, l’hypertension, des problèmes circulatoires – varices, hémorroïdes – et anémie, bien que ces troubles puissent être contrôlés grâce à un bon suivi par le gynécologue.

     

    • Plus de complications lors de l’accouchement et des césariennes, surtout s’il s’agit du premier enfant. Car, après l’âge de 35 ans, les tissus perdent leur élasticité, ce qui rend la dilatation plus longue et plus difficile et l’expulsion plus lente.

     

    • A partir de l’âge de 35 ans, la probabilité  d’accomplir une grossesse par FIV diminue.

     

    • Le père compte aussi. Bien que l’utilisation d’ovules de donneuses ou de vitrification élimine le risque d’altérations chromosomiques dues à l’âge, il ne faut pas oublier que les mères âgées ont généralement des enfants avec des pères âgés, ce qui augmente également le risque d’anomalies génétiques.

    Aussi des avantages. 

    La maternité tardive peut être favorisée par une série d’éléments, en particulier quand on est plus âgé, tels que la stabilité professionnelle et un statut économique plus élevé, l’engagement dans la relation du couple, la maturité, la sécurité personnelle, la responsabilité dans la prise des décisions et dans la création des projets, et surtout, une grande motivation pour la maternité.

    Y a-t-il un risque psychologique dû à la maternité tardive?

    Cependant, la maternité tardive est associée à certains désavantages psychosociaux ou des difficultés tels que la frustration et l’épuisement dans la lutte contre la stérilité, qui est généralement présente dans de nombreux cas et implique souvent le renoncement à avoir une famille plus nombreuse, moins  de soutien de l’entourage immédiat pour l’éducation de l’enfant (les grands-parents sont très âgés, les amis ont des enfants plus grands), moins de résistance physique et moins d’énergie pour s’occuper de l’enfant.

    La stigmatisation sociale de paraître “trop ​​vieux” en tant que mère ou père aux regards des autres, crée une peur très commune qui les accompagne au début, mais qui habituellement  disparaît assez rapidement, d’abord à cause de la joie exprimée par l’entourage lors de l’annonce de la grossesse, et puis par la réalité vécue, puisque de plus en plus de couples ayant le même âge ont des enfants.

    Si vous vous sentez concernés par cet article, contactez-nous.

    Chez HC Fertility, nous sommes à l’avant-garde de la technologie dans ce domaine, et nous avons une excellente équipe de professionnels, médecins et embryologistes, avec une longue expérience, qui étudient chaque cas de manière personnalisée afin de conseiller les patients au sujet de la conservation cryogénique de leurs ovules ou embryons.

    Nous avons également une unité de soutien psychologique avec des professionnels formés et spécialisés, et nous fournissons un environnement dépourvu de stress, confortable et moderne pour aider les patients à se sentir aussi à l’aise que possible.

    Sources: Centre de recherches sociologiques (CIS) / INE / HC Marbella Fertility Center.

    Icône Flecha Volver

    Retour au blog

    Autres nouvelles

    Barre de séparation

    Vous avez déjà sélectionné vos préférences en matière de cookies lors de sessions précédentes. Vous souhaitez les modifier ?